Mercedes GLK – pour sa personnalité

glk-2

Le GLK dispose d’une personnalité très forte, avec une finition impeccable que l’on retrouve en standard chez Mercedes, mais qui reste d’abord un 4×4 de ville pour faire les course ou emmener les enfants à l’école. Avec ses lignes taillées à la serpe, le GLK n’a pas laissé indifférent lors de sa sortie en 2008. Légèrement restylé aujourd’hui, il reçoit une face avant plus élégante et un habitacle revu. Si la longueur augmente de seulement 1 cm (4,54 m, soit 10 cm de moins que le X3 et le Q5), la hauteur diminue de 3 cm. Ces chiffres en font l’un des plus petits éléments de la catégorie des SUV « premium ». Et l’on retrouve toujours cet habitable offrant un espace généreux à l’avant, contenu à l’arrière, et un volume de coffre limité. La planche de bord reçoit, pour sa part, de nouveaux aérateurs et des plastiques de meilleure qualité. L’ergonomie évolue dans le bon sens, avec le levier de boîte automatique qui migre sur la colonne de direction, près du volant, et libère un rangement immédiat entre les deux sièges avant.

dmercedes glk

Le confort de roulage ne dépayse pas non plus, et en fait l’un des tout-chemins les plus confortables du marché. En effet, même affublé de roues de 19 pouces optionnelles, notre GLK 220 CDI 4Mlatic s’est montré conciliant, y compris sur routes mal carrossées. La tenue de route est saine, mais pas aussi dynamique que celle d’un Range Rover Evoque ou un Mazda CX5. Ça tombe bien, car ce typage plutôt « confort » va de pair avec la douceur de l’ensemble moteur-boite. Le 220 CDI de 170ch suffit amplement sur notre territoire, même si on aurait aimé un peu plus de punch en reprises. La boîte automatique 7 vitesses est, pour sa part, à la hauteur, sachant qu’elle fait partie de la dotation de série. Les tarifs restent élevés dans l’absolu, mais l’équipement de série est enrichi du volant multifonction et des indispensables fixations Isofix. Bref, cette évolution légère replace le GLK, offre décalée dans une catégorie très concurrentielle, dans la course.

Le seul problème du GLK est en réalité son inadéquation prix/marché, car la concurrence comme l’Evoque ou le MX5 sont moins chers, presqu’aussi bien équipé et avec un sex appeal équivalent, mais pour beaucoup moins d’argent. La valeur de revente pourra donc être aussi un problème à moyen et long terme car pourquoi payer aussi cher si l’on peut avoir un autre 4×4 avec une belle gueule comme l’Evoque ? J’aime bien le GLK, pour sa personnalité, mais voilà une forte tête qui coûte chère au final.

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.