Tata Nano – la vraie low cost

Tata-Nano

Alors que Tata vient d’annoncer une seconde génération de Nano, nous avons voulu revenir aujourd’hui sur cette voiture très particulière. Si la deuxième version pourrait devenir mythique (voir en fin d’article), force est de constater qu’elle n’a pour l’instant pas trouvé son public. La Tata Nano est pourtant une petite citadine toute mignonne, à direction arrière et 4 portes passagers. Mais surtout, c’est la voiture la moins chère du monde. Elle a été conçue pour le peuple indien, avec un prix abordable par le plus grand nombre. La Nana a été commercialisée à son apparition à 100 000 roupies.
Il n’y a pas besoin de chercher longtemps pour voir où les économies ont été faites : le moteur est minuscule (un bicylindre de 623 cm3), il n’y a qu’un rétroviseur latéral et qu’un essuie-glace, pas de direction assistée, ni airbags ni air conditionné, et les vitres et les portes se ferment manuellement. La radio ? En option. Tata a même fait l’économie d’un accès direct au coffre à bagages – les passagers doivent rabattre les sièges arrière pour y accéder. Tout a été revu à l’économie : la boîte de transmission offre 4 vitesses au lieu de 5, les freins sont à tambour plutôt qu’à disque, et les roues ont 3 fixations et non 4 comme d’habitude.
Pourtant, son look est assez séduisant. La Nano fait à peu près la taille de la Mini d’origine, mais l’habitacle est bien plus grand et plus rond. Avec ses petites roues (30 centimètres) disposées à chaque coin, on dirait un œuf mobile géant ! Grâce à sa conduite souple, elle peut passer sans heurt les pires nids-de-poule d’Inde, le rayon de braquage est bon, et la voiture consomme peu d’essence (4,3 litres aux 100 kilomètres). Enfin, l’intérieur est spacieux, avec une bonne hauteur sous
plafond et de la place pour les jambes, puisque le moteur est sous le coffre à bagages, et non contre les genoux du conducteur. Alors, pourquoi cette jolie Nano n’a-t-elle pas su s’imposer en Europe, alors qu’un public existe pour elle ? Tout simplement à cause d’une erreur de communication ! En positionnant la Nano comme une voiture low cost, elle a été perçue auprès du public comme un véhicule cheap, honteux à avoir. Tata a compris son erreur et s’apprête à rempiler en revoyant sa copie technique et en proposant un positionnement différent. Je parie d’emblée sur le succès de cette seconde version. Après tout, même Ford a eu du mal à trouver un public au début, avec ce qui allait pourtant devenir un véhicule mythique : la Ford T. Pourquoi ? Tout simplement parce que le véhicule avait été lancé à un prix trop faible, ce qui rendait le public méfiant ! La Tata me fait penser non seulement à cette fameuse Ford T, mais à une autre célèbre « voiture du peuple » : la Coccinelle. La suite nous dira ce qu’il en est.

Tata-Nano

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.